métiers d'autrefois

Métiers d'autrefois

 lavandières

Dentelles autour d'un joli minois ...  et devant celui-ci des années après!

métiers disparus

On entendait souvent le cri du vitrier: "vitrier, vitrier"! qui portait des carreaux sur son dos, ou du" marchand d'habits...chiffons"! traînant sa carriole autour de laquelle se pressaient les ménagères , ou encore du rémouleur actionnant rapidement sa roue sous les couteaux et les gros ciseaux que nous lui apportions. Il y avait aussi les "chanteurs de rue", hommes à l'aspect triste, femmes au corps flasque, aux vêtements usés et sales, qui chantaient des complaintes lugubres sous des fenêtres fermées.. Peu à peu, les fenêtres s'ouvraient et les piécettes tombaient sur le trottoir, aussitôt ramassées et enfouies au fond des larges poches. "Merci, m'sieurs-dames"" disaient les chanteurs des rues quand la récolte était bonne, et ils s'en allaient tandis que les enfants reprenaient la complainte d'une voix claironnante.

 

 Et d'autres métiers... remis au goût du jour  lors de fêtes rurales.

Bûcherons et scieurs de long

Le pressoir à cidre et la fontaine.

Un joueur de vielle


Le tablier de grand-mère

Le principal usage du tablier de grand-mère était de protéger la robe en dessous, mais en plus de cela :
Il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau. Il était merveilleux pour essuyer les larmes des enfants, et, à certaines  occasions, pour nettoyer les frimousses salies.  
Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les œufs, les poussins à réanimer, et parfois les œufs fêlés qui finissaient dans le  fourneau.
Quand les visiteurs arrivaient, le tablier servait d'abri à des enfants timides.
Et quand le temps était frais, grand-mère s'en emmitouflait les bras.
Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet, agité au dessus du feu de bois.  C'est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans la cuisine.
Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes; après que les petits pois aient été récoltés, venait le tour des choux.  En fin de saison, il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l'arbre.
Quand les visiteurs arrivaient de façon impromptue, c'était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait faire la poussière.
 A l'heure de servir le repas, grand-mère allait sur le perron agiter son tablier, et les hommes aux champs savaient aussitôt qu'ils devaient passer à table.
Grand-mère l'utilisait aussi pour poser la tarte aux pommes à peine sortie du four sur le rebord de la fenêtre qu'elle refroidisse; de nos jours sa petite fille la pose là pour la décongeler.
Il faudra de bien longues années, avant que quelqu'un invente quelque objet qui puisse remplacer ce bon vieux tablier qui servait à tant de choses
!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×